Facebook Linkedin

ECRIVAIN PUBLIC

Red’Active vous écoute et rédige votre histoire, vos pensées, vos idées, vos récits …

Vous êtes nombreux à ne pas vous considérer comme des auteurs, parce que vous n’avez jamais écrit une ligne, ou une ligne que vous jugez « digne de ce nom ». Peut-être manquez-vous tout simplement de confiance en vous, peut-être avez-vous besoin d’un coup de pouce, ou tout simplement que quelqu’un y croie pour vous. Red’Active vous prête sa plume. Vous êtes la voix, elle retranscrit, elle met en forme, adapte, romance et couche sur le papier ce que vous aviez tant de mal à livrer…

Les talents sont nombreux, mais pas toujours reconnus. Tout le monde a quelque chose à dire, des bonheurs ou des drames à partager, des idées à véhiculer, des sentiments à exprimer. Mais tout le monde n’a pas la possibilité de le faire clairement.

Red’Active met son temps, sa plume, et son savoir-faire à votre service et à votre disposition.

Red’Active travaille sur entretiens enregistrés ou notés, d’une durée de 1 heure à 1 heure 30 tous les 15 jours. Entre deux rencontres, elle retranscrit ce qui a été évoqué lors de la précédente entrevue, et vous soumet son travail à la suivante 200 Euros TTC*. Le nombre de séances nécessaires est rarement inférieur à 24 par an puisqu’il faut environ un an pour rédiger un ouvrage suffisamment riche, mais aussi pour que Red’Active cerne votre personnalité et votre style potentiel. Red’Active s’engage en effet à ce que votre récit vous ressemble…

*Ce prix inclut le coût de l’entretien et les heures de rédaction afférentes.

«Mon point de départ est toujours un besoin de prendre parti, un sentiment d’injustice. Quand je m’installe pour écrire un livre, je ne me dis pas : Je vais créer une œuvre d’art. J’écris ce livre parce que je voudrais dénoncer un mensonge, je voudrais attirer l’attention sur un problème, et mon premier souci est de me faire entendre. Mais il me serait impossible de poursuivre la rédaction d’un livre, ou même simplement un long article, si cette tâche ne constituait pas aussi une expérience esthétique.»

George Orwell